TCGF

AG du TCGF :
pas de revers
pour le passing
vers l’AMSLF

Ce lundi 5 juillet marquera une nouvelle date importante dans la déjà longue histoire du Tennis Club Gallieni Fréjus. C’est en effet ce jour, dans le cadre d’une assemblée générale extraordinaire – intervenue après la tenue de l’AG ordinaire scellant la saison sportive 2020 -qu’aura été entériné le principe devant conduire au retour du tennis dans le giron de l’AMSLF. 

Rodolphe David, président du TCGF (au milieu), et Fabien Sgarra, président de l’AMSLF (ci-dessus), se sont longuement attachés à expliquer les raisons qui ramènent aujourd’hui le tennis fréjusien dans le giron amséliste

Retour dans le giron amséliste

Le tennis ne serait pas le seul à faire marche arrière. Le basket l’a déjà fait il y a quelques saisons après avoir, pour sa part, essayé de voler de ses propres ailes. L’histoire du tennis n’est pas tout à fait la même et le départ, en 2014, s’était avéré plus contraint et forcé que souhaité. Lors de l’AG, le président Rodolphe David en aura rappelé la génèse et « cette non-conformité, à l’époque, constatée par l’Urssaf dans la rédaction des contrats de salariés qui aura conduit le Tennis club Gallieni, non seulement à être condamné aux prud’hommes, mais en parallèle à demander à sortir de l’AMSLF pour acquérir une plus grande indépendance en terme de salariat ».

Depuis sa création et plus encore son “déménagement“, le padel ne cesse d’attirer à lui de nouveaux pratiquants. De quoi donner l’envie de créer un centre de padel et réaliser deux courts supplémentaires à l’horizon fin 2021, début 2022

Création d’un centre de padel

Aujourd’hui, le Tennis club Gallieni, qui a ajouté Fréjus à son patronyme – un patronyme encore modifié suite au décès brutal de son directeur général en novembre 2016 pour devenir TCGF Pascal-Ambuixech – est un club sain financièrement, qui possède même des actifs (cours de padel entre autres), mais qui n’est plus en mesure de « rester club indépendant, aura souligné Rodolphe David. Son développement passe par un retour au sein de l’AMSLF, une mutualisation des moyens, humains, financiers, logistiques, en matière de compétences encore… »

D’autant que les ambitions sont grandes pour le club des hauts de Gallieni. Notamment sur le padel, grand projet des années 2020, avec « la création de deux courts supplémentaires, l’ouverture d’un centre de padel qui comprendra une école, un camp d’entraînement, etc. »

Cette discipline s’est considérablement démocratisée et développée toutes ces dernières années depuis l’arrivée du court au TCGF – le club fréjusien était alors pionnier en la matière dans le département du Var – plus encore depuis son “déménagement“ au pied de la terrasse du club-house. « La construction des deux nouveaux courts s’effectuera dans la continuité du court actuel – sur le court de tennis n°7 qui sera donc “sacrifié“ – l’un perpendiculaire à celui existant, le dernier parallèle. »

Illustré par la présence de Patrick Perona, adjoint au maire délégué aux sports, et Fabien Roux, conseiller délégué au sport de haut niveau et aux infrastructures sportives, le soutien de la municipalité envers le tennis s’avère indéfectible

 Soutien infaillible de la municipalité

« Il nous faut remercier encore la mairie pour cela, rappelle le président. De nombreux travaux ont déjà été réalisés, telle la salle couverte, les deux nouveaux terrains en béton poreux, quand bien même l’un d’entre eux ne soit pas utilisable actuellement pour des raisons indépendantes de notre volonté. Mais cette création de deux padel supplémentaires engendre a posteriori une gestion qui ne peut se faire en demeurant un club indépendant. »

 Avant d’aborder cette question cruciale pour l’avenir du TCGF – Patrick Perona, adjoine au maire en charge des sports, tiendra à rassurer joueurs et joueuses présent(e)s, « ne vous inquiétez pas de ce retour, ensemble nous serons plus forts pour continuer à embellir ce magnifique bijou qui est le vôtre » –, Rodolphe David est revenu sur la difficile année qui vient de s’écouler. Même si, au final, « notre sport ne s’en sort pas si mal en comparaison d’autres disciplines »., et « l’on devrait même être en légère augmentation en terme de licenciés fin août une fois comptés les participants aux stages estivaux, soit aux alentours de 300 adhérents », a renchéri le directeur sportif, Xavier Martinez.

Cotisation en baisse

Sur le plan financier, en dépit des baisses de trésorerie constatées (licences, subvention municipale – « baisse prévue dans le cadre d’un plan sur cinq ans », précise toutefois le président – locations de courts, stages) et pour lesquelles il n’est nul besoin d’explications superflues, le TCGF dégage un bénéfice de quelque 17.000 € sur le présent exercice comptable.
Le retour dans la famille amséliste – allié aux efforts en la matière consentis par l’association pour simplifier les démarches et favoriser l’accès à la pratique sportive – devrait même autoriser « une baisse de l’ordre de 15 % des cotisations pour le prochaine saison », se satisfaisait encore Rodolphe David.

Aussi, pour peu que les conditions sanitaires ne s’aggravent pas une nouvelle fois, ni n’engendrent un nouveau confinement et, par voie de conséquence, une fermeture du club, un nouvel avenir doré s’annonce pour le Tennis club de Fréjus. Avec de nouvelles ambitions, sportives (développement du padel) mais encore sociales (reprise des interventions dans les écoles et les quartiers).

Qu’on se le dise, la petite balle jaune ne sort pas du court à Galieni !

L’écrin est magnifique, tous ensemble, nous serons plus forts pour continuer de l’embellir, dixit l’adjoint au maire

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.