TCGF

Pascal, Albu,
toujours avec nous…

Hello mon pote, comment vas-tu ? C’est un peu con de poser une telle question. Mais c’est parce qu’on a envie, parce que J’AI envie que tu sois toujours là parmi nous.

Tu as vu l’année pourrie que l’on vient de vivre ?! Bien sûr que tu l’as vue… Moi je me demande comment tu l’aurais traversée…

Imagine, déjà, tu n’aurais pas pu fêter tes 60 ans à la bonne date, le 8 juin, puisqu’on était encore confinés. Comment tu te serais débrouillé du coup ? Sincèrement, je pense que tu nous aurais imaginé quelque chose de fun. Tout comme tu n’aurais pas “permis“ que l’on ne joue pas au tennis pendant aussi longtemps, en mars, en avril, en mai, en juin, en novembre…

Tu n’aurais pas voulu couper aussi longtemps avec ton sport de toujours, avec ton École de tennis que tu chérissais tant… Je suis sûr que tu aurais trouvé une parade te connaissant…

Sincèrement, je crois qu’on se serait marrés avec toi pendant cette période. C’est peut-être ça qui nous a manqué pour traverser un peu plus facilement cette année de m…

Mais tu n’es plus là. Quatre ans déjà que tu es parti, sans nous prévenir, sans un au-revoir. Oh bien sûr, ce n’est pas de ta faute, tu aurais bien sûr voulu être là toujours, avec nous. Et quelque part, tu l’es. Je pense souvent à toi, où que tu sois. Ça manque les cafés, les discussions au coin d’un bureau (bon les cafés, on n’a plus droit pour l’instant de toute façon…)
L’autre jour, je regardais une vidéo de toi, celle où tu prodiguais des conseils sur le court. Sincèrement, j’étais mort de rire. Je te reconnaissais bien là et ça m’a fait du bien…

Mais qu’est-ce que j’aimerais que tu sois encore là…

Allez, je te laisse, j’ai du boulot. Bises Albu…

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.